Les témoignages de la pétition de soutien à l’AFIJ apparaissent comme un plaidoyer en faveur d’une certaine manière d’agir pour l’emploi

pétition-300x143

L’AFIJ a lancé en septembre une pétition de soutien. Elle a reçu près de 10 000 signatures mais également près de 5 000 témoignages qualitatifs[1]. Pour le contexte de l’emploi des jeunes, plusieurs idées générales reviennent dans les témoignages, les voici :

  • Le marché de l’emploi se dégrade progressivement.
  • Le besoin d’accompagnement des jeunes va croissant.
  • La durée de recherche d’emploi est plus longue.
  • L’insertion professionnelle des jeunes devrait être une réelle priorité politique.
  • Les jeunes diplômés connaissent eux-aussi des difficultés et « il serait bon de ne pas l’oublier ».
  • Il faut restaurer l’exemplarité du diplôme et valoriser les efforts de jeunes qui ont réussi leurs études.

 

Le personnel de l’AFIJ

Le personnel de l’association est plébiscité par les commentaires en ligne, d’une part, sur son métier et, d’autre part, sur le lien social qu’il réalise. Sur le premier point, les qualificatifs qui apparaissent concernant le personnel de l’AFIJ sont : le professionnalisme, la compétence, le sérieux, la responsabilité, l’engagement ou l’implication, l’écoute et l’humanité.

Sur le plan du lien social (pour lequel les commentaires sont les plus nombreux), les apports sont : rompre l’isolement, reprendre confiance, épauler, être proche des jeunes, apporter une aide personnalisée, prendre en charge différemment, ramener l’optimisme, etc. Au total, une réponse loue « l’aide méthodologique et psychologique ».

 

Les activités et services de l’AFIJ

Les activités de l’association sont appréciées, parmi les expressions reviennent : une source d’information spécialisée, de précieux conseils, des formations ciblées et pertinentes, une orientation après les études, des événements emploi pour rencontrer des professionnels, une aide pour la construction de son réseau, une vision réaliste du marché de l’emploi, des informations sur les droits, etc.

L’AFIJ est ressentie comme offrant des services à « tous les jeunes ». Ils sont qualifiés par des adjectifs répétés très fréquemment : services gratuits (cette mention arrive en tête), des services adaptés ou appropriés au public des jeunes diplômés, de qualité (en second rang), indispensable, efficace, utile, dynamique, un réel plus, un service de proximité, des services concrets et réels.

 

L’association

L’association elle-même jouit d’une image positive : la structure la mieux adaptée, un réel travail de proximité, une qualité du service et l’utilité de ses actions. Les jeunes estime que l’association est importante, a une utilité publique, est un acteur incontournable, etc. Un jeune résume tout « Je pense que le travail de l’AFIJ gagne à être connu ». Les messages de satisfactions sont nombreux et divers[2].

 

En conclusion

Ces milliers de messages de soutien qualitatifs doivent retenir l’attention car, au-delà de la des difficultés actuelles de financements publics, ils concluent au bien fondée de la démarche de l’AFIJ. Ils mettent en avant les aspects positifs et originaux d’une approche en permanente évolution appuyée par l’engagement de son personnel afin de contribuer à résoudre les difficultés rencontrés par des jeunes en mobilisant un arc en ciel de solutions positives.

La mesure de l’efficacité de la lutte pour l’emploi ne se limite pas à la mesure du taux de placement. Elle doit faire figurer en son cœur l’élément humain, tant au niveau des candidats que des recruteurs, et des acteurs de l’emploi. C’est à ce principe d’écoute et de soutien que nous demeurons attachés pour assurer du lien social jusqu’à l’entrée dans un emploi stable, non pas seul mais avec la mobilisation de tous les partenaires de la formation et de l’emploi.

La cessation d’activités de l’AFIJ apparait comme la conclusion paradoxale de ce plaidoyer collectif en faveur d’une certaine manière d’agir pour l’emploi. 



[1] Il n’est pas possible d’en faire une synthèse détaillée mais il est possible de relever les grands traits des réponses des étudiants, des diplômés chercheurs d’emploi et des jeunes en activité. C’est d’autant plus facile que les opinions sont largement partagées.

[2] A ces messages s’ajoutent des propos concernant l’intérêt de publics ciblés (jeunes exposés aux discriminations, jeunes des quartiers, jeunes en situations de handicap, jeunes étrangers) ou de thématiques particulières (création d’entreprise ou emploi à l’international). La phrase qui revient le plus fréquemment dans les commentaires des jeunes est : « j’ai trouvé mon premier emploi grâce à l’AFIJ » (emploi ou stage, contrat d’alternance, job étudiant).

Nous ne relevons ni les arguments évoqués contre une éventuelle fermeture de l’AFIJ (ils sont très riches et nombreux), ni les propos comparant l’AFIJ aux autres acteurs de l’emploi.